Post Reply

Chantier de la Jeunesse Française

yakabrun
yakabrun
Posts: 26
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
Bonjour à tous,

Généalogiste amateur depuis de nombreuses années, mes différentes recherches m'ont permis de remonter plusieurs siècles d'histoires familiales.
Pourtant je bloque sur une personne beaucoup plus contemporaine : mon grand-père.

Aussi je me tourne vers vous aujourd'hui en espérant un peu d'aide sur mon aïeul.

Jean-Louis Raymond BRUN est né le 12/07/1922 à Montpellier. Il est décédé le 07/01/1997 dans cette même ville.
Son parcours entre 1939 et 1946 reste très flou et aucun de ses 8 enfants (dont mon père) ne peuvent m'aider à le découvrir, faute d'information.

Quelques photos recueillies pendant cette période le montre dans les Chantiers de la Jeunesse Française (photo 1).
Une autre, trouvée dernièrement, le montre posant avec des jeunes hommes en 1940. Y est inscrit "Au Maquis" (photo 2)

La seule chose que je me rappelle de lui est son tatouage. Un numéro de prisonnier du camp de Buchenwald (d'après ses enfants).
Mes contacts auprès des organismes tels que dora ou de déportés sont restés vains.

Les seules données que j'ai pu confirmer est que son beau-frère en 1940 (le mari de sa soeur avec qui il était proche) était le Lieutenant André Adrien Jules MAUGENET des services secrets britanniques exécuté le 15/11/1943 à Gross-Rosen (une autre source le donne collaborateur des allemands (!!!) et entendu en 1955).

Mon grand-père est, selon ma grand-mère décédée à ce jour, revenu des camps après la guerre. Il était très maigre et très affaibli.

Les autres personnes de la famille n'en ont jamais su plus que ça. Il est resté très silencieux sur cette période de sa vie.

Pourriez-vous m'aider à faire la lumière ?

Merci à tous ceux qui m'apporteront des informations.

Bien cordialement

Yannick BRUN
Attachments
Jean BRUN - CJF 1940.JPG
Jean BRUN au maquis - 1940 (1).jpg

Unregistered user (opiocm)
avatar
Bonjour,

Avez vous demandé et consulté sa fiche matricule militaire ?

Classe 1942, donc pas de service militaire, mais il peut avoir une fiche quand même...
Demandez à votre père d'écrire à Pau Caserne Bernadotte, en demandant un extrait des services  de votre GP.
Seuls les descendants directs peuvent la demander si votre GP est décédé.

Obtenir un extrait des services :
Adresser une demande écrite ou par mail sur laquelle seront précisés le nom, prénom, date et lieu de naissance, adresse et si possible le numéro d'immatriculation militaire. Les ayants cause doivent joindre à la demande une photocopie de tout document officiel justifiant le lien de parenté et faisant mention du décès de l'intéressé(e) : livret de famille, extrait d'acte de naissance ou extrait d'acte de décès

Centre des archives du personnel militaire
Caserne Bernadotte
Place de Verdun
64023 Pau cedex

Tél : 05 59 40 46 92
Fax : 05 59 40 45 53

Christian

Unregistered user (opiocm)
avatar

A priori il ne figure ni sur la base nominative des déportés, ni sur celle des dossiers de résistants.

http://www.bddm.org/liv/recherche.php

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/?q=content/dossiers-administratifs-de-r%C3%A9sistants

L'état signalétique et des services est donc votre meilleur espoir...

Christian


aertzer
female
Posts: 401
Family Tree: Graphic
View their family tree
Bonsoir,

Si votre ancêtre a été à Buchenwald vous devriez écrire à l'ITS à Bad Arolsen qui conserve les dossiers des camps de concentration et d'extermination (pas les stalags) ou des victimes civils des nazis :

International Tracing Service (ITS)
Große Allee 5-9
34454 Bad Arolsen
Allemagne
Tél. : +49 (0)5691 629-139
Fax : +49 (0)5691 629-501
E-Mail : inquiryteam-9@its-arolsen.org   
www.its-arolsen.org

Cordialement
A. Balagué
Andrée

Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant.
Pythagore

yakabrun
yakabrun
Posts: 26
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
Bonsoir,

Merci à vous d'avoir pris le temps de me répondre.

Christian, je vois avec mon père pour faire le nécessaire auprès du centre de Pau.
A. Balagué, j'avais déjà contacté l'ITS à Bad Arolsen .... mais aucune trace malheureusement.

Je me pose vraiment la question concernant l'identité donnée lors de la déportation.

En effet, j'ai la certitude qu'il a été déporté (matricule tatoué et une plaque sur sa tombe de la part de "ses collègues déportés") mais l'a-t-il été sous son vrai nom ?
Le fait que son beau-frère ai été un membre des services secret me met énormément le doute.
Une chose toute bête également est la fameuse photo de Jean Moulin (voir ci-dessous). Celle-ci a été prise à quelques mètres du domicile de mon grand-père (au Peyrou à Montpellier) en hiver 1939 .... date ou je perd toute trace réelle de lui.

Simple fabulation peut-être.

Je continue mes recherches .

Encore merci à vous.

Yannick BRUN
Attachments
jean-moulin-dr.jpg

psaliou
psaliou
Posts: 7292
Family Tree: Graphic
View their family tree
Bonsoir,

Juste pour les dates des photos:

2e: ne peut pas être au maquis en 1940, ça n'existait pas, cette forme de résistance armée est pour plus tard.

1ere: Les Chantiers de jeunesse ont été créés par Vichy pour "occuper" la jeunesse en âge de faire son service militaire à partir de juillet-août 40.
Jean-Louis Raymond BRUN, né 1922, devait donc s'y trouver vers 1942.

Le passage dans la Résistance depuis les Chantiers de jeunesse est possible, probablement après l'invasion de la zone sud en novembre 1942.

Si déporté, il faut demander au SHD de Caen si un dossier le concernant existe:

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/?q=content/%E2%80%A2-%C3%A0-caen

J'ai trouvé ceci concernant la photo de Jean Moulin qui, en 39-40, était Préfet et loin de toute idée de rentrer en résistance: "Cette photographie de Jean Moulin a contribué à nourrir la légende du héros de la Résistance. Antérieure à l’Occupation, elle a été choisie par sa sœur pour la cérémonie du transfert des cendres au Panthéon le 19 décembre 1964 et utilisée par elle, en 1969 en première de couverture de la biographie consacrée à son frère. La légende est ainsi née. D'aucuns l'on datée postérieurement à sa tentative de suicide du 17 juin 1940, pour expliquer que son écharpe aurait dissimulé sa vilaine cicatrice. Il n'en est rien. Les circonstances sont maintenant connues. Venu passer quelques jours chez sa mère et sa sœur à Montpellier mi-février 1940, Jean Moulin est pris en photo par son ami d’enfance Marcel Bernard, aux Arceaux, près de la Promenade du Peyrou. Il est alors préfet d'Eure-et-Loir. Cette photographie est aussi l’histoire d’une amitié. Marcel Bernard a été le camarade de jeu du jeune Moulin sur le Champ de Mars à Béziers. Ayant perdu son grand-frère, Marcel a reporté l’affection fraternelle sur son ami d’enfance. « Jean aimait Marcel Bernard comme un frère » écrit Laure, la sœur de Jean Moulin. Marcel Bernard est un photographe de talent qui réalise de nombreux clichés de son ami ".

Kenavo,
Pierre

aertzer
female
Posts: 401
Family Tree: Graphic
View their family tree
Effectivement, mais je n'ai pas voulu le rajouter immédiatement, les gens donnaient parfois de fausses identités après s'être procurés de faux papiers. Dès lors les recherches deviennent très difficiles.
Je crois qu'il y a aussi une association des anciens de Buchenwald qui a peut-être des éléments d'information et dont certains membres, ou descendants , se souviendront peut-être encore de votre Grand-père. Au Mémorial il y a certainement des photos. Si vous y allez peut-être pourrez-vous identifier votre ancêtre.
Sinon la démarche a Pau semble la plus opportune.
Cordialement
A. Balagué
Andrée

Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant.
Pythagore

fvielfau
fvielfau
Posts: 7813
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
psaliou wrote:
08 December 2017, 20:16

1ere: Les Chantiers de jeunesse ont été créés par Vichy pour "occuper" la jeunesse en âge de faire son service militaire à partir de juillet-août 40.
Jean-Louis Raymond BRUN, né 1922, devait donc s'y trouver vers 1942.
bonsoir

Pierre.. "occuper", vous êtres bien aimable  ;)
les Chantiers de la Jeunesse me semblent plutôt une antichambre de la LVF.
https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-4-page-97.htm


François

PS : je veux pas être mauvaise langue.. mais il revenait peut-être plutôt de Sigmaringen que de Buchenwald ....

psaliou
psaliou
Posts: 7292
Family Tree: Graphic
View their family tree
fvielfau wrote:
08 December 2017, 20:37
psaliou wrote:
08 December 2017, 20:16

1ere: Les Chantiers de jeunesse ont été créés par Vichy pour "occuper" la jeunesse en âge de faire son service militaire à partir de juillet-août 40.
Jean-Louis Raymond BRUN, né 1922, devait donc s'y trouver vers 1942.
bonsoir

Pierre.. "occuper", vous êtres bien aimable  ;)
les Chantiers de la Jeunesse me semblent plutôt une antichambre de la LVF.
https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-4-page-97.htm


François

PS : je veux pas être mauvaise langue.. mais il revenait peut-être plutôt de Sigmaringen que de Buchenwald ....
Vous devriez effectivement éviter d'être mauvaise langue, tous les jeunes enrôlés dans les chantiers de jeunesse n'ont pas signé à la LVF....loin s'en faut!! D'autant qu'il ne me semble pas que le tatouage était une pratique courante à Sigmaringen!!
Il ne fait aucun doute que l'organisation des chantiers étaient totalement orientée vers la révolution nationale et la collaboration mais cela ne signifie pas que tous ses membres ont pleinement adhéré à cette idéologie.
Kenavo,
Pierre

yakabrun
yakabrun
Posts: 26
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
fvielfau wrote:
08 December 2017, 20:37
psaliou wrote:
08 December 2017, 20:16

1ere: Les Chantiers de jeunesse ont été créés par Vichy pour "occuper" la jeunesse en âge de faire son service militaire à partir de juillet-août 40.
Jean-Louis Raymond BRUN, né 1922, devait donc s'y trouver vers 1942.
bonsoir

Pierre.. "occuper", vous êtres bien aimable  ;)
les Chantiers de la Jeunesse me semblent plutôt une antichambre de la LVF.
https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-4-page-97.htm


François

PS : je veux pas être mauvaise langue.. mais il revenait peut-être plutôt de Sigmaringen que de Buchenwald ....

Merci François pour ce point de vu.
Je n'exclue effectivement aucune piste bien que la déportation semble indéniable.

Mais de là à dire que mon grand-père faisait parti du régime de Vichy, je vous en laisse seul 'mauvaise langue".
Pour votre information, les CJF ont créés beaucoup plus de résistants que vous ne l'imaginez.

Bien cordialement

Yannick BRUN

yakabrun
yakabrun
Posts: 26
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
psaliou wrote:
08 December 2017, 20:16
Bonsoir,

Juste pour les dates des photos:

2e: ne peut pas être au maquis en 1940, ça n'existait pas, cette forme de résistance armée est pour plus tard.

1ere: Les Chantiers de jeunesse ont été créés par Vichy pour "occuper" la jeunesse en âge de faire son service militaire à partir de juillet-août 40.
Jean-Louis Raymond BRUN, né 1922, devait donc s'y trouver vers 1942.

Le passage dans la Résistance depuis les Chantiers de jeunesse est possible, probablement après l'invasion de la zone sud en novembre 1942.

Si déporté, il faut demander au SHD de Caen si un dossier le concernant existe:

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/?q=content/%E2%80%A2-%C3%A0-caen

J'ai trouvé ceci concernant la photo de Jean Moulin qui, en 39-40, était Préfet et loin de toute idée de rentrer en résistance: "Cette photographie de Jean Moulin a contribué à nourrir la légende du héros de la Résistance. Antérieure à l’Occupation, elle a été choisie par sa sœur pour la cérémonie du transfert des cendres au Panthéon le 19 décembre 1964 et utilisée par elle, en 1969 en première de couverture de la biographie consacrée à son frère. La légende est ainsi née. D'aucuns l'on datée postérieurement à sa tentative de suicide du 17 juin 1940, pour expliquer que son écharpe aurait dissimulé sa vilaine cicatrice. Il n'en est rien. Les circonstances sont maintenant connues. Venu passer quelques jours chez sa mère et sa sœur à Montpellier mi-février 1940, Jean Moulin est pris en photo par son ami d’enfance Marcel Bernard, aux Arceaux, près de la Promenade du Peyrou. Il est alors préfet d'Eure-et-Loir. Cette photographie est aussi l’histoire d’une amitié. Marcel Bernard a été le camarade de jeu du jeune Moulin sur le Champ de Mars à Béziers. Ayant perdu son grand-frère, Marcel a reporté l’affection fraternelle sur son ami d’enfance. « Jean aimait Marcel Bernard comme un frère » écrit Laure, la sœur de Jean Moulin. Marcel Bernard est un photographe de talent qui réalise de nombreux clichés de son ami ".

Merci à vous pour ces informations.

Cordialement

Yannick BRUN

yakabrun
yakabrun
Posts: 26
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
aertzer wrote:
08 December 2017, 20:21
Effectivement, mais je n'ai pas voulu le rajouter immédiatement, les gens donnaient parfois de fausses identités après s'être procurés de faux papiers. Dès lors les recherches deviennent très difficiles.
Je crois qu'il y a aussi une association des anciens de Buchenwald qui a peut-être des éléments d'information et dont certains membres, ou descendants , se souviendront peut-être encore de votre Grand-père. Au Mémorial il y a certainement des photos. Si vous y allez peut-être pourrez-vous identifier votre ancêtre.
Sinon la démarche a Pau semble la plus opportune.
Cordialement
A. Balagué
Très difficile de se déplacer au Mémorial.
J'écume cependant de nombreuses photos de Buchenwald que l'on peut trouver sur internet, mais toujours sans réponse.

Je tente la démarche à Pau très rapidement (le temps de contacter mon père).

Cordialement

Yannick BRUN

geneamangard
geneamangard
Posts: 1880
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
Tout les mouvements  de jeunes((Mouvements de Jeunesse, groupements sportifs, ) existants avant la guerre sont regroupés en une seule sous Pétain.
- Maison des Jeunes dans les principales villes et les chefs-lieux de Canton
sous la responsabilité de la Direction de la délégation à la jeunesse avec le concours des municipalités,
Compagnons de chantiers (créé par Pétain en 1940)
En moins d'un trimestre sont groupés dans le cadre de " Compagnons de chantiers " plus de 16.000 jeunes,dont  réfugiés en zone Sud et ouverts 230 chantiers.
Formation d'équipes de Jeunes pour assurer des devoirs civiques :  Service civique Rural : Travaux agricoles pour pallier le manque de main-d’œuvre, Aide aux sinistrés, aux femmes de prisonniers, aux malheureux, Travaux municipaux pour la création de jardins ouvriers de stades sportifs etc
A mon avis qu'à un certain moment personne n'a eu le choix c'était ça ou le STO;
Certains des jeunes appartenant aux anciennes associations prendront le maquis ou alimenteront les réseaux de résistance.(mouvement catholique, protestant, israélites) .
Les deux (chantiers de la Jeunesse et résistance) ne sont pas obligatoirement incompatibles
Elise

aertzer
female
Posts: 401
Family Tree: Graphic
View their family tree
Il faudrait demander à vos cousins s' ils se souviennent si le tatouage du numéro était sur l'avant bras. Dans ce cas il était très probablement à Auschwitz. En principe dans les autres camps de concentration le numéro des déportés était cousu sur le vêtement au niveau de la poitrine.
Sources : Musée d’Auschwitz-Birkenau, Sonderkommando.info
Cordialement
Andrée
Andrée

Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant.
Pythagore

yakabrun
yakabrun
Posts: 26
Family Tree: Non-graphic
View their family tree
aertzer wrote:
08 December 2017, 21:27
Il faudrait demander à vos cousins s' ils se souviennent si le tatouage du numéro était sur l'avant bras. Dans ce cas il était très probablement à Auschwitz. En principe dans les autres camps de concentration le numéro des déportés était cousu sur le vêtement au niveau de la poitrine.
Sources : Musée d’Auschwitz-Birkenau, Sonderkommando.info
Cordialement
Andrée
Merci Andrée pour cette information.

Je suis le plus ancien des cousins donc je ne pense pas que les autres s'en souviennent.
Mon grand-père était toujours avec une chemise à manches longues sur les photos que j'ai trouvé (le col boutonné jusqu'au cou).

Mes souvenirs d'enfance me rappellent ce tatouage sur l'avant bras (je ne me souviens pas si c'est celui de gauche ou droite).

Seul mon père et mes oncles m'ont dit que leur père (Jean Louis Raymond BRUN) leur avait parlé de Buchenwald quand ils étaient encore enfants.
Ils ne connaissent ce lieu que par l'anecdote de leur père. Auschwitz n'avait jamais été mentionné mais cela peut être en effet une autre piste.

Bien cordialement

Yannick BRUN

Post Reply

Return to “Armée, vie militaire et périodes de guerre”