Geneanet > Resources > Unusual archives

Archives insolites

Voir les résultats

Affiner la recherche

Thématiques

Zone géographique

Période

Localisation des documents

Filtrer les documents

Au début du mois de janvier 1709, une vague de froid frappe l’Europe. La France est particulièrement touchée : du 6 au 22 janvier, les gelées atteignent des records. À Marseille, le 8 janvier, il fait -11,2 °C et le Vieux port est pris dans les glaces ; le 11 janvier, la température atteint -17,5 °C ! Les oliviers et les orangers du sud de la France gèlent, et dans le pays entier les arbres se fendent, les rivières se recouvrent de glace, la neige recouvre les champs, et les denrées deviennent chères. Le froid, la faim et les épidémies...

Au début du mois de janvier 1709, une vague de froid frappe l’Europe. La France est particulièrement touchée : du 6 au 22 janvier, les gelées atteignent des records. À Marseille, le 8 janvier, il fait -11,2 °C et le Vieux port est pris dans les glaces ; le 11 janvier, la température atteint -17,5 °C ! Les oliviers et les orangers du sud de la France gèlent, et dans le pays entier les arbres se fendent, les rivières se recouvrent de glace, la neige recouvre les champs, et les denrées deviennent chères. Le froid, la faim et les épidémies entraînent une importante surmortalité. Cet hiver exceptionnel est resté dans les mémoires et est décrit dans les registres paroissiaux de centaines de communes françaises.

L'hiver 1709

L'hiver 1709

Année 1709 Chasselay, Rhône, France

Ad perpetuam rey memorium
Le cinquieme janvier de lannée mil sept cent neuf veille des Roys séleva
sur le midy aprés quelques jours de pluye & souffla pendant plus de trois semaines
une bize si violente & si froide que les rivieres gelerent si profondement que
les charrois y passoient dessus en sûrete la gelée penetra plus de trois pieds dans
la terre & fit perir touttes les semences il y eut quelques jours de relache de degel
par le pluye c'est ce qui fit le plus de mal car la bize ayant recommencé plus fort
qu'auparavant il ny eut plus d'esperance de recolte...

Ad perpetuam rey memorium
Le cinquieme janvier de lannée mil sept cent neuf veille des Roys séleva
sur le midy aprés quelques jours de pluye & souffla pendant plus de trois semaines
une bize si violente & si froide que les rivieres gelerent si profondement que
les charrois y passoient dessus en sûrete la gelée penetra plus de trois pieds dans
la terre & fit perir touttes les semences il y eut quelques jours de relache de degel
par le pluye c'est ce qui fit le plus de mal car la bize ayant recommencé plus fort
qu'auparavant il ny eut plus d'esperance de recolte la terre sur la fin de mars & au
commencement d'avril parut toutte nüe & decouverte comme sil ny eut eu jamais
de ble semé le froid fut si violent que tous les noyer a la reserve de quelques petits
moururent aussy bien que la plus grande partie des arbres fruitiers près de la
moitié des vignes mourut aussy le blé monta a un prix excessif ont ?
à la veille dune famine generale par l'esperance qu'on avoit toujours que le blé
repousseroit fondé sur ce qu'on avoit jamais oüy dire ny lu dans aucune
histoire que les blés gelassent & morussent en terre on en etoit tele de sorte
dans les villes que lintendant de lyon fit publier une defense a peine de la vie
de relabourer et resemer la terre mais aux mois d'avril & de may voyant que les
blés etoient veritablement peri dans la terre les desfences furent levées & on s'empressa
de touttes parts de semer des orges avoines pesettes seigles fromois blés noirs bles
turquins fèves haricots & dieu flechi par les processions générales les prieres
publiques les jeunes les expositions du St. Sacrement les confessions & communions
qui furent ordonnées & faictes partout dans le royaume donna un temps si favorable
et si propre pour faire sortir & murir ces menus grains que leur abondance
générale sauva les hommes et les animaux d'une mort veritable plusieurs
cependant perirent de faim & de froid les oiseaux tomboient mort par la rigueur du froid
et il tua plusieurs bestiaux dans les étables le pain a lyon fut cependant par les soins des
magistrats a un prix au dessous de celuy du blé. le froment ayant valu jusques a

vingt francs le bichet le seigle jusqu'à seize l'orge quinze le blé noir
jusquà trois l'avoine jusqu'à cinq le poids jusqu'à dix les lentilles jusqu'(a)
douze les feves jusqu'a quatorze les pesettes jusqu'à dix sept la douzaine des oeufs
jusqu'à trente sols